Opinion: No Reconstruction for Syria

Assad’s allies Russia and Iran will not foot the money needed to bankroll the upcoming rebuilding phase, Jihad Yazigi writes

Opinion: No Reconstruction for Syria

Across the Middle East, investors and politicians are banking on the reconstruction of Syria to generate new business opportunities and kickstart their economies, which have been seriously battered since the popular uprisings of 2011.

The cost of the reconstruction, which is estimated at anywhere between $100 billion and $300 billion, confirms the very high stakes that Syria’s reconstruction represents for the whole region.

In practice, however, there is little chance that any reconstruction process will happen unless a comprehensive political deal is reached, which is itself very unlikely.

No funds

The countries and institutions that have the money and which traditionally fund such large-scale financial efforts, namely the Gulf countries, the European Union, the United States and, through it, the World Bank, have, indeed, lost the Syrian war. Saudi Arabia is not going to put money in a country that is controlled by Iran. As to the EU and U.S., they want a political deal before proceeding to transfer funds to Syria. While some think that the fear of refugees will eventually push the EU to pay the bill, rebuilding ties with the Syrian regime would carry serious political costs, which only increased after the chemical attack in Khan Sheikhoun.

Meanwhile, the countries that have won the war, Russia and Iran, do not have the financial means to pay for reconstruction. Since 2011, both countries have put significant effort and money into the war – Russia has actually made profit out of killing Syrians, through the various export deals won by its arms industry – but they have provided very little in terms of direct economic aid, except for oil supplies by Tehran.

Some expect China to fill the gap, but all signs coming from Beijing point to the unwillingness of the Chinese authorities to get much involved in a country that is in the midst of various regional and international tensions and rivalries. Also, both Iran and Saudi Arabia are important suppliers of crude to China, which will be reluctant to antagonize either of them. In addition, wherever China has invested in emerging countries, such as in Africa, it has demanded in exchange access to these countries’ natural resources. Syria has few of these and they have anyway already been taken by Russia and Iran.

Some Syrian government officials, realizing the obstacles they are facing, have argued that they would rely on public-private partnerships through private investors and local banks. However, not only have most of Syria’s prominent investors left the country but local banks are in no shape to provide funding. At the end of June 2017, the combined assets of Syria’s 14 private sector banks stood at $3.5 billion, which is less than a 10th of the assets of a single large bank in Lebanon or Jordan, such as Bank Audi and Arab Bank.

No strategy

The problem is not only one of finance though, it is also the lack of any broad and comprehensive reconstruction strategy.

The only policy followed by the government appears to be prioritizing the interests of Russia and Iran, on the one hand, and regime cronies on the other.

Moscow and Tehran want, indeed, a payback for the political and military support they have provided to the regime over the past years. Russia has already acquired, for instance, the rights to develop Syria’s phosphate mines and oil and gas fields, and much of the revenues from these resources that could have been used to fund reconstruction will actually go to Russian companies. In a recent bilateral meeting between Syrian and Russian officials, the only major infrastructure project under discussion was not investment in much-needed housing infrastructure or water networks, but the construction of a rail track linking the phosphate mines to the port of Tartous in order to facilitate and reduce the costs of exporting phosphate to the benefit of the Russian company exploiting the mines.

Meanwhile, Iran is preparing to provide a loan of $1 billion to the Syrian government – a very small amount in view of the needs – under the condition that the money will be used exclusively to buy Iranian products. Tehran’s money is therefore as much a help to Iranian companies than to Syria’s economy.

On the other hand, the government is directing the limited money it has to fund projects that will benefit business figures linked to it. The main symbol of this is the Basatin al-Razi real estate project located in the Mazzeh district of Damascus, from which thousands of Syrian families have been expelled and dispossessed.

Many Syrians call the Basatin al-Razi project “the Syrian Solidere” because of its planned high-rise buildings and tramway lines, and the fact that it is dedicated to the very small segment of the population that can afford to buy expensive housing.

However, even though the overwhelming demand now is for popular housing to replace the hundreds of thousands of houses that were destroyed during the war and the very limited lending capacities of local banks, the government instructed one of the state-owned banks to use its cash to fund the infrastructure works for the project.

Basatin al-Razi makes little economic sense but could generate huge profits for a few individuals; this is what the government is prioritizing.

False premises

Fundamentally, the expectations of a reconstruction drive in Syria are built on false premises. The last example of a large reconstruction effort in the region is that of Lebanon. In that case there were the following elements: 1) A political deal backed by the main regional and international players; 2) the prominent role of Rafiq Hariri, a powerful man with strong economic and political networks around the globe; 3) a vision for what reconstruction should be based on, i.e. repositioning Lebanon, and Beirut, as an intermediation center between the Middle East and the West; 4) strong financial support from Saudi Arabia.

In the case of Syria today all these elements are missing. The reconstruction of Syria is unlikely to start anytime soon.

This article was first published in the Syrian Observer on November 29, 2017


Jihad Yazigi : « L’enjeu aujourd’hui est l’application des lois »

Entretien publié en février 2010 dans Le Commerce du Levant. Propos recueillis par Carine Fernaini.

L’économie syrienne montre de plus en plus de signes d’ouverture. Quand a commencé cette libéralisation ?
L’ouverture graduelle de l’économie syrienne a commencé dans les années 1980, alors que le pays était en quasi-cessation de paiements. Pour se procurer les devises étrangères nécessaires à la relance des échanges commerciaux, les autorités ont ouvert les frontières aux investissements étrangers dans les secteurs du tourisme et de l’agriculture.

Quelles ont été les grandes étapes de cette ouverture ?
L’ouverture progressive a allégé la pression fiscale sur le secteur privé à la fin de la décennie, pour aboutir à la loi 10 sur les investissements de 1991, un tournant dans l’histoire économique du pays. Cette loi a en particulier permis aux investisseurs privés d’accéder au secteur de l’industrie. Mais la découverte de champs pétroliers peu après a fortement ralenti le processus de réformes au cours des années 1990. La production pétrolière a atteint un pic à 600 000 barils par jour en 1996, pour retomber graduellement à 400 000 barils quotidiens. Cette contrainte économique a poussé Bachar el-Assad, arrivé au pouvoir en 2000, à sortir progressivement de cette période de stagnation. La libéralisation du commerce extérieur s’est traduite par la levée de certaines interdictions d’importation, puis des taxes douanières. Ces dernières ont été significativement réduites en 2002, puis supprimées en 2005 dans le cadre de la zone arabe de libre-échange. Les pressions internationales exercées sur le pays au lendemain de l’assassinat de Rafic Hariri en 2005 ont relancé la machine réformatrice. En 2007, la loi sur les investissements est remaniée, parallèlement à la modernisation du code du commerce et à la création de comités de protection des consommateurs et de la garantie de la concurrence. La Syrie a aussi signé un accord de libre-échange avec Istanbul, ce qui lui a ouvert les marchés du nord de la Méditerranée.
De nombreuses réformes spécifiques aux différents secteurs d’activité ont par ailleurs participé à libéraliser l’économie ; comme l’ouverture à la concurrence des marchés du ciment et du sucre : la Syrie est l’un des plus gros consommateurs mondiaux par habitant de sucre et elle importe les trois quarts de sa consommation. La “National Sugar Refinery”, créée en 2008, est le premier producteur privé de sucre raffiné. Elle appartient à la « Syrian Sugar Refinery Holding Limited », possédée à 51 % par l’homme d’affaires syrien Najib Assaf, également à la tête de la National Sugar Company. Il s’est associé à des partenaires étrangers comme Cargill et The Wellington Group.

Quels ont été les changements en termes d’investissement ?
Sur la question centrale des investissements, la loi 8 de 2007 remplace la loi 10, considérée comme trop permissive. La nouvelle version instaure un impôt sur les sociétés de 28 %, qui peut toutefois rapidement devenir dégressif. Bien que certains avantages fiscaux de la loi 10 soient supprimés (exemption d’impôt sur les sociétés pendant 5 à 7 ans) d’autres demeurent, telle l’exemption de tarifs douaniers sur l’importation d’équipements. Le nouveau texte met par ailleurs tous les investisseurs au même plan, qu’ils soient dans le secteur industriel ou dans un autre et quel que soit le niveau de leur investissement.
En 2008, le code du commerce de 1949 a été modernisé. Il est suivi par la création d’une commission sur la concurrence et les monopoles. Les investisseurs étrangers sont légalement libres de développer leurs activités en Syrie. Seul le système bancaire est encore astreint à la participation d’investisseurs locaux. Jusqu’alors monopole de l’État, l’activité bancaire s’est ouverte aux capitaux privés en 2003. Les assurances ont suivi en 2006. En 2009, un autre cap dans la libéralisation est franchi avec la création de la place boursière de Damas, en projet depuis 2003. En janvier 2010, la Banque centrale a autorisé les institutions internationales à détenir une majorité de parts dans les banques locales, une mesure qui devrait aider à attirer les grands groupes bancaires régionaux et internationaux.

Y a-t-il actuellement des freins à la libéralisation du marché syrien ?
Le poids de l’administration et les intérêts de certains acteurs économiques du pays peuvent parfois ralentir la tendance. Certains membres de la “nomenklatura” ont peu d’intérêt à soutenir l’ouverture du marché syrien, car ils gèrent les contrats exclusifs avec l’État d’importation du sucre, du riz et des produits chimiques ; trois des plus gros marchés. En 1991, l’adoption d’une loi facilitant l’investissement privé dans les secteurs manufacturiers et des transports a libéralisé un secteur auparavant géré par une poignée d’acteurs. Mais la situation évolue progressivement, certains réalisent aujourd’hui qu’ils peuvent gagner à soutenir l’ouverture économique du pays, mais cela implique une adaptation à l’économie de marché.
Du côté de l’import-export, il existe encore certaines restrictions sur les tarifs douaniers ou des blocages de certains types de denrées comme le ciment, en dépit des accords. La liberté de circulation des biens régionaux à la frontière peut encore être entravée par les habitudes de taxation informelle pratiquée sur les biens importés.
En 2009, la forte chute du pays dans les classements du Forum économique mondial et de la Banque mondiale a mis en lumière le frein mis aux réformes depuis deux ans. Depuis 2008, la Syrie a même fait quelques discrets pas en arrière. La loi qui limite à 3 % la part des salariés étrangers dans le secteur bancaire en est un exemple. Cette mesure concerne finalement peu de gens, mais elle n’est pas un signe positif pour les investisseurs étrangers. L’augmentation de la mise de fonds requise pour l’implantation de nouvelles banques privées – de 30 millions de dollars à 200 millions de dollars – montre en outre les inquiétudes de certains face à une ouverture trop rapide du secteur financier. Même tendance pour la Bourse, de taille encore très modeste mais déjà sujette à de lourdes restrictions, comme l’interdiction pour les titres de fluctuer de plus de 2 % par journée de transactions.
Le marché immobilier est également un frein au développement. Les tarifs d’achat et de location sont chers, en particulier sur la propriété commerciale et les locaux à usage professionnel, à cause de taxes élevées et d’une offre très limitée. Par ailleurs, dans le centre des villes, les immeubles construits sont bas, ce qui entrave l’implantation de services dans les zones urbaines.

Quels sont les enjeux à venir ?
L’enjeu aujourd’hui est l’application des lois. Le cadre législatif modernisé pour la libre concurrence existe, mais n’est pas toujours appliqué dans les faits. Le poids de la bureaucratie et la corruption persistante ralentissent l’évolution du marché. Il est donc nécessaire de réformer le secteur public et de réduire son poids, ainsi que de renforcer l’indépendance du secteur judiciaire et d’alléger la pression fiscale sur l’immobilier.
Il faut par ailleurs attirer davantage d’investissements étrangers, qui sont encore timides (2,1 milliards de dollars en 2008), compte tenu de l’importance du marché. Aujourd’hui, il est encore sage de s’associer avec un entrepreneur local, qui facilite l’obtention des autorisations et passe-droits. Cette situation dissuade de nombreuses entreprises.
Enfin, un accord d’association en projet avec l’Union européenne ouvrirait la porte des marchés occidentaux, mais surtout imposerait des normes économiques plus strictes et placerait le pays dans une dynamique d’ouverture résolue. Sa signature, initialement prévue en octobre 2009, a pour le moment été reportée sine die.