L’inefficace décision européenne d’acheter du pétrole à l’opposition syrienne

Deux ans après le début du soulèvement, la situation du secteur pétrolier syrien est des plus confuses. Les grandes compagnies internationales ont quitté le pays, les sociétés locales du secteur sont sous sanctions occidentales, les champs pétroliers et les oléoducs sont sous le contrôle de différents groupes armés – des plus radicalement opposés au régime à ceux qui le soutiennent –, alors que la destruction des infrastructures endommage sérieusement l’environnement et hypothèque la pérennité des champs.
Bien que de taille relativement modeste en comparaison avec les autres pays de la région, l’industrie pétrolière syrienne continuait d’assurer, avant le début du soulèvement, une part significative des recettes budgétaires mais aussi des recettes en devises du gouvernement. La montée des prix du brut ces dernières années avait porté en 2010 la part des exportations de brut à plus de 40 % du total des exportations syriennes.
Ce n’est donc pas sans raison que l’Union européenne et les États-Unis ont décidé en septembre 2011 d’interdire tout achat de brut en provenance de Syrie, une mesure qui prenait d’autant plus d’importance que l’Union européenne achetait à elle seule plus de 90 % du pétrole syrien exporté.

Un secteur pétrolier bouleversé

Deux ans plus tard la situation de l’industrie a profondément changé. La production journalière revendiquée par le gouvernement qui se montait à environ 385 000 barils au début de l’année 2011 a baissé progressivement, d’abord à la suite des sanctions, qui sont entrées en vigueur en novembre 2011, puis à la prise de contrôle d’un nombre grandissant de champs par les rebelles.
En octobre 2012, le gouvernement affirmait que sa production était tombée à
153 000 barils/jour (b/j) alors qu’en mai 2013 elle n’était plus que de 70 000 b/j, soit moins d’un cinquième de son niveau d’il y a deux ans.
C’est dans ce contexte que l’Union européenne a autorisé ses pays membres à acheter du brut en provenance de Syrie à condition que les fournisseurs soient avalisés par la Coalition nationale syrienne (CNS), le principal regroupement de l’opposition.
En plus de l’achat de pétrole l’Union européenne permet également la vente d’équipements aux rebelles ainsi que l’investissement dans les régions tenues par eux, afin de permettre l’exploitation des champs sous le contrôle de l’opposition.
En autorisant le développement du secteur pétrolier dans les régions tenues par les rebelles, l’idée est de permettre à ces derniers d’accéder à une plus grande autonomie financière afin de subvenir aux besoins des populations qui sont sous leur contrôle et d’acheter les armes dont ils ont besoin dans leur combat contre les autorités – même si ce n’est pas dit explicitement.
En pratique, l’application de la mesure bute sur de nombreux problèmes dont le moindre n’est pas le grand désordre sécuritaire qui règne dans le Nord-Est et la très faible influence de la CNS sur les forces en présence qui sont souvent en compétition, voire en conflit.

Désordre sécuritaire à Deir ez-Zor

Les champs pétroliers syriens sont répartis dans deux régions : le premier autour de la ville de Deir ez-Zor, dans l’Est, produisait environ 100 000 b/j avant le soulèvement grâce en particulier aux investissements de Shell et Total, et le second dans la province de Hassakeh, dans le Nord et le Nord-Est, qui produisait environ 250 000 b/j, principalement par l’entremise de la Syrian Petroleum Company, une entreprise du secteur public.
La première région est sous le contrôle de groupes disparates de combattants, y compris des tribus locales et des combattants affiliés à des groupes islamistes radicaux tel Front al-Nosra alors que les champs situés plus au nord, autour des villes de Hassakeh et de Qamishli, sont en grande partie sous le contrôle de la branche armée du Parti de l’union démocratique kurde.
À Deir ez-Zor, la poursuite des combats et la fuite des ingénieurs et autres cadres du secteur pétrolier auraient conduit à l’éclatement de nombreux incendies dans les puits. Début avril, le ministre du Pétrole a annoncé que trois puits avec une production journalière cumulée de plus de 2 000 barils de pétrole brûlaient. La perte due à ces incendies était estimée par le ministère à l’équivalent d’environ 750 000 barils de brut. Aux cours mondiaux actuels, c’est près de 75 millions de dollars.
Certains champs plus petits continuent d’être contrôlés par le gouvernement qui parvient à se procurer des quantités supplémentaires par le biais de contrats conclus avec certains des groupes locaux – des rapports non confirmés font même mention de Front al-Nosra parmi les groupes qui traitent avec les autorités ! Par ailleurs, des tribus locales profitent de leur contrôle direct de certains puits pour générer de nouvelles sources de revenus et de richesses, conduisant de nombreux combattants à abandonner la lutte contre le régime.
Ce chaos ainsi que la capacité d’influence extrêmement limitée du CNS sur tous ces groupes réduisent en tout cas considérablement la capacité de l’opposition à commercialiser de manière ordonnée et régulière le pétrole extrait de cette région.
Dans le Nord-Est, le Parti de l’union démocratique kurde est, militairement, le plus puissant des partis kurdes et est resté à une distance égale à la fois du régime et de l’opposition. Bien organisés et disciplinés, ses combattants contrôlent une région qui n’a pas vécu le chaos auquel fait face Deir ez-Zor.
La situation du champ de Suwaidiyah, le plus grand champ pétrolier syrien, qui est situé près de la ville de Qamishli, n’est pas claire, mais même si techniquement il serait encore entre les mains du gouvernement, toute la région alentour est tenue par les troupes kurdes du Parti de l’union démocratique. C’est de cette région que le gouvernement se procure la plus grande partie de ses
70 000 b/j grâce à sa relativement bonne relation avec ce parti et aux accords entretenus avec des tribus bédouines pour assurer la sécurité de l’oléoduc qui transporte le brut vers les raffineries de Homs et de Banias.

Un défi logistique et un cadre juridique flou

L’autre défi majeur pour toute tentative européenne d’achat de brut syrien concerne son transport à partir du territoire syrien.
Tous les oléoducs syriens étant dirigés vers l’ouest, totalement sous contrôle du régime, l’opposition n’a d’autre choix que de recourir à des camions-citernes pour transporter le pétrole vers le territoire turc – l’Irak étant exclu à cause du soutien du gouvernement Maliki aux autorités syriennes.
Or, tout convoi de citernes est vulnérable à des attaques de l’aviation syrienne qui continue à régner en maître sur les airs ainsi qu’à l’insécurité qui règne sur le trajet.
Autre obstacle de taille : le cadre juridique de toute transaction impliquant l’achat de brut. En effet, les champs dont va être extrait le pétrole sont la propriété du gouvernement syrien et/ou de joint-ventures établies entre celui-ci et des entreprises internationales telles Shell, Total ou le canadien Suncor. Or à cette date le seul gouvernement légal reconnu par les Nations unies est celui que dirige Bachar el-Assad et tout achat de brut sans l’aval de celui-ci et des entreprises partenaires serait potentiellement entaché d’illégalité.
Les règles d’application de la directive européenne restent certes encore à publier et pourraient permettre d’éclaircir ce flou juridique, mais il est d’ores et déjà clair que la décision de l’Union européenne n’a pas été suffisamment préparée.
Au cas où cette décision devait finalement entrer en vigueur, ce qui n’est pas évident au vu des difficultés mentionnées, elle a peu de chance d’avoir un impact significatif pour l’opposition syrienne. Dans cette affaire le chaos et la désorganisation persistante des régions rebelles se combinent au manque de sérieux européen.

Regional-syrie-petrole-641Remarque: Cet article a été publié en Juin 2013 dans Le Commerce du Levant

Syria can’t afford to break apart

As violence expands across Syria, fears over the future of the country are increasing. They range from the potential use of chemical weapons in the conflict to the unleashing of a full-fledged sectarian war and to the potential disintegration and partition of the country along sectarian and ethnic lines.

Regarding the latter risk, it is likely that economic factors will play an important role in terms of its impact on the centralization/decentralization debate and on how any future partition of the country could affect economic policies.

The issue that comes first to the mind is obviously the north-eastern part of Syria, inhabited to a large extent by a Kurdish population. While prior to the conflict the demands of the Kurds were mainly limited to linguistic and cultural rights, there are now increasing calls for the creation of an autonomous region. The issue is particularly sensitive because Syria’s northeastern region is home to the country’s largest reserves of crude oil.

Indeed, while fields located near Deir Ez Zor, where the population is overwhelmingly Arab, generated most of Syria’s crude output in the 1990s, their production has now fallen from more than 400,000 barrels per day (b/d) in 1996 to around 100,000 b/d in early 2011. The fields around Hassakeh, near the Kurdish region, now extract more than 250,000 b/d of crude and hold most of the country’s reserves; these fields are now to a large extent under the control of the Kurdish Democratic Union Party.

Besides oil, however, the northeast is also host to most of Syria’s wheat and cotton crops. Because bread is Syria’s main staple food and cotton is key to the development of the large textile industry, keeping control of the region will be of utmost importance for any future Syrian central government.

The fears over a Kurdish region with wide autonomous powers may be exaggerated in view of the relatively small size of the population, the lack of a major urban centre — Qamishli, the largest city in the Kurdish region, is home to only around 200,000 people — and the fact that Kurds are actually spread across the country; the largest concentration of Kurds is in Aleppo, which has a majority Arab population. Still, the debate on how to share the resources of the state between the central government and the various provinces making up the country will be of particular importance when it comes to the Kurdish-dominated parts of Syria.

Another region of Syria that matters in the debate over decentralization or partition is the coastal area, where a large portion of the population is Alawite. While the issue of a potential independent Alawite state was raised during the French mandate, it has largely died out since and was reignited only in the last few months with the growing sectarian tones of the conflict gripping the country. Besides the fact that Sunnis and Christians probably represent up to 50 percent of the population of that region, the economic challenges that such a region would face would be numerous.

Syria’s coastal region has very limited manufacturing and agricultural basis. Except for a refinery in Banias, a single power plant and an old cement plant, manufacturing is limited to light industries and agriculture to tobacco and citrus fruits.

Some argue that Lebanon has managed to remain independent with as little resources. However, Syria’s coastal region has none of Lebanon’s large expatriate community, significant human resource wealth and excellent know-how in the financial, touristic, education and health sectors.

The debate over the sharing of the resources of the central government goes, however, beyond the sectarian/ethnic issue. Syria’s small cities, spread across most of the country, such as Rastan, Talbisah and Tel Kalakh, have paid an extremely heavy price in the uprising and are likely to demand a much larger share of the government’s money and investment programs than other less affected regions — including parts of the country inhabited by minority groups, such as Suweida or the Christian city of Mhardeh.

What will the policy of any future government be on these issues and what impact will it have on issues such as development programs or political representation? With more time passing, the challenges for future Syrian governments are increasing. It is time the opposition starts thinking about them.

Note: This article appeared first in the April 2013 edition of Executive Magazine