Le tissu économique et social syrien est largement détruit

Quatre ans après le début du soulèvement, les pertes de l’économie syrienne se monteraient à plus de 200 milliards de dollars, selon un centre de recherche syrien.
Le Syrian Center for Policy Research (SCPR), basé à Damas mais qui se dit indépendant, a publié début mars un rapport dans lequel il essaie de chiffrer la situation de l’économie et de la société syrienne à la fin 2014.
Bien qu’il doive être lu avec précaution, étant donné l’extrême difficulté d’amasser et d’estimer des données dans la situation de guerre que vit le pays, et bien qu’il ne révèle pas de tendances nouvelles, le rapport tente un chiffrage de la destruction économique et sociale qui permet d’affiner l’analyse et la compréhension de la situation.
Le SCPR estime les pertes de l’économie syrienne entre mars 2011 et décembre 2014 à 202,6 milliards de dollars, soit l’équivalent de quatre fois le PIB du pays en 2010, l’année qui a précédé le début du soulèvement populaire.
Il arrive à ce résultat en additionnant la valeur estimée des pertes dues à la destruction de capital, qu’il estime à 71,88 milliards de dollars, soit 36 % du total, ainsi que celles dues à la perte de valeur de la production économique qu’il estime à 119,7 milliards, soit 59 % du total. Il y ajoute les dépenses militaires extrabudgétaires qu’il considère être une perte, car l’argent aurait dû être investi dans l’économie, à 11 milliards de dollars, soit 5 % du total.

Le commerce, les transports et le pétrole, principaux
perdants

Le commerce intérieur, les transports et la communication, ainsi que le secteur pétrolier sont les trois secteurs qui ont pesé le plus dans la chute de la production économique. La valeur combinée de leurs pertes représente plus de 50 % du total des pertes du PIB.
Ceci reflète d’une part la contribution importante de ces trois secteurs à la production économique mais aussi des facteurs qui leur sont plus spécifiques.
Le commerce a souffert de la baisse du pouvoir d’achat de la population et donc de la chute de la consommation, ainsi que de la fragmentation géographique du pays qui a renchéri le coût de la distribution. La division du pays a également affecté le secteur des transports, de nombreuses régions étant coupées les unes des autres empêchant le déplacement de passagers et de marchandises. Quant au secteur pétrolier, il a souffert de l’arrêt de la plupart des champs pétrolifères.
Les pertes subies par les services publics, l’agriculture et l’industrie manufacturière ont également pesé lourd dans la balance.

L’industrie, une rare lueur d’espoir

L’industrie, qui a chuté de manière dramatique jusqu’à la fin 2013, s’est cependant reprise l’année dernière, affichant une croissance de 16 %.
Les zones relativement stables du pays, principalement la zone côtière et la région de Soueida au Sud, ainsi que les zones industrielles situées près de Damas et de Homs ont ainsi vu un regain d’activité, qui s’explique par la baisse de l’offre des autres régions du pays et de la compétitivité des importations.
La destruction de l’industrie syrienne en 2012 et 2013 a entraîné une chute de la production locale et donc ouvert de nouvelles possibilités aux usines qui continuaient à tourner. Cette faiblesse de l’offre a été accentuée par la chute de la livre syrienne qui a entraîné une hausse du coût des importations et donc une baisse de compétitivité des produits importés, au bénéfice des usines syriennes.
Il faut cependant tempérer tout excès d’optimisme. La faiblesse du pouvoir d’achat de la population – en 2014, la consommation des ménages, qui est la principale source de demande, a baissé de 41,7 % par rapport à son niveau de 2010 –, les difficultés de distribution, les coupures incessantes d’électricité ainsi que l’augmentation des coûts de production, tels les salaires et les intrants, forment des obstacles à une reprise prolongée et soutenue du secteur.
D’ailleurs, malgré la croissance de l’année dernière, la valeur de la production du secteur industriel ne représentait en 2014 qu’un cinquième de son niveau de 2010.

Déficit et dette en hausse

La crise économique a également entraîné une détérioration dramatique des comptes publics.
En 2014, le déficit budgétaire se montait à 40,5 % du PIB, alors qu’il se situait à 35,7 % en 2013 et à seulement 5 % en 2010. Cette baisse est principalement due à la chute des recettes fiscales, qu’elles soient directes ou indirectes.
Ce déficit a entraîné une augmentation exponentielle de la dette publique à
147 % du PIB à la fin de l’année dernière, alors qu’elle se situait à seulement 23 % en 2010.
La dette interne, principalement sous la forme d’avances de la Banque centrale de Syrie, se situait à la fin de l’année dernière à 76 % du PIB, alors que la dette externe était à 71 %. Jusqu’en 2010, les autorités syriennes vantaient la faiblesse de leur dette externe, qui se situait à seulement 7 % du PIB, mais la fin des exportations de brut et des autres rentrées de devises a poussé le gouvernement à emprunter auprès de ses alliés, principalement l’Iran.
Il faut cependant relativiser la hausse du ratio dette/PIB en sachant qu’elle reflète aussi en partie la chute spectaculaire du PIB.

Chute catastrophique de l’espérance de vie

Cette destruction du tissu économique syrien a son pendant social. Le chômage et la pauvreté sont en hausse spectaculaire, entraînant une destruction du tissu social, ainsi que des liens et des solidarités familiaux et communautaires.
Selon le rapport, près de quatre Syriens sur cinq vivent désormais sous le seuil de pauvreté. Le chômage, quant à lui, continue à augmenter et se situerait à 57,7 % de la population active, alors qu’il était estimé à environ 14 % en 2011. La criminalité, les trafics en tout genre sont en forte croissance.
L’un des chiffres les plus parlants est celui de la chute de l’espérance de vie. Alors qu’elle se situait à 75 ans en 2010, elle est dorénavant à 55 ans, soit une chute de 20 ans en l’espace de seulement quatre années. Cette baisse est en partie la conséquence du très grand nombre de décès dus au conflit.

Une sérieuse hypothèque sur l’avenir

Au-delà des conséquences chiffrées du désastre syrien que le rapport met en lumière, le conflit entraîne aussi de graves conséquences sur le long terme pour l’économie et la société syriennes qui hypothèquent déjà les projets de reconstruction.
La dette que le gouvernement est en train d’accumuler, à la fois pour importer produits pétroliers et céréales, payer les salaires de ses fonctionnaires et financer l’effort de guerre, devra un jour être remboursée par le peuple syrien, et va s’ajouter au fardeau que va constituer l’effort financier gigantesque nécessaire à la reconstruction.
Les actifs physiques qui ont été détruits, tels les usines, les centrales électriques, les canaux d’irrigation, les sites touristiques et les bâtiments résidentiels, nécessiteront beaucoup de temps pour être remplacés, à la fois à cause de la faiblesse des moyens financiers du gouvernement et de la fuite des capitaux.
Beaucoup d’hommes d’affaires syriens ont fui et se sont établis dans leurs pays d’accueil. En Turquie par exemple, plus de 25 % des entreprises créées l’année dernière par des investisseurs étrangers l’étaient par des hommes d’affaires syriens. Ayant investi de l’argent et développé une clientèle, ils ne retourneront pas de sitôt.
La classe moyenne syrienne a également fui. Cadres, universitaires, médecins, ingénieurs et professionnels en tout genre ont trouvé refuge en Europe ou dans les pays du Golfe. Avec leur départ, la Syrie a perdu une part importante de son capital humain, qui aura besoin de décennies pour être compensé.
La guerre a également créé de nouvelles activités et de nouveaux réseaux qui ont bénéficié du retrait de l’État et de la situation de non-droit qui s’est établie dans de nombreuses parties du pays, y compris celles sous contrôle du régime. Lutter contre ces intérêts créés par l’économie de guerre sera l’un des défis les plus difficiles à relever.
Enfin, la fragmentation géographique et politique est de plus en plus ancrée. Beaucoup de lignes de fronts qui ont été longtemps jugées temporaires sont devenues des quasi-frontières fractionnant le pays en zones. La division de la ville d’Alep depuis l’été 2012, entre une partie ouest contrôlée par le gouvernement et une partie est contrôlée par l’opposition, est l’un des exemples les plus parlants de cette situation.

Remarque: Cet article a été publié en avril 2015 dans Le Commerce du Levant

Après 1 000 jours de conflit, l’économie syrienne est largement détruite

Le 11 décembre a marqué le 1 000e jour du début de la révolution syrienne. Au-delà de la catastrophe humaine que représente le conflit, celui-ci a aussi entraîné des pertes économiques énormes et une transformation de l’activité syrienne.
D’après un rapport publié en octobre 2013 du Centre syrien pour l’étude des politiques, un centre de recherches basé à Damas, les pertes de l’économie syrienne se montaient en juin 2013, le dernier mois pour lequel des estimations relativement complètes sont disponibles, à 103 milliards de dollars, soit 174 % du PIB de 2010. La moitié de ces pertes correspond à de la destruction de capital et l’autre moitié résulte de la perte de valeur de la production économique. Fin juin 2013, le PIB avait chuté de près de 50 % par rapport à son niveau de la fin 2010.
Cette dégringolade qui a touché tous les secteurs a entraîné une modification de la structure de l’économie avec une croissance de l’agriculture aux dépens de tous les autres secteurs d’activité, y compris le pétrole, qui est totalement à l’arrêt, ou l’industrie dont l’infrastructure est largement détruite, sans parler évidemment du tourisme, du transport ou de la construction. L’agriculture représente ainsi aujourd’hui près de 54 % du PIB syrien, alors que sa part était de moins de 20 % en 2010.
Autres conséquences de l’implosion de l’économie syrienne : la montée du chômage et du pourcentage de Syriens vivant en dessous du seuil de la pauvreté qui ont tous les deux dépassé les 50 %.
Les comptes publics ne sont pas dans un meilleur état. Le déficit budgétaire est maintenant estimé à 33 % du PIB alors qu’il était inférieur à 3 % à la fin 2010, forçant le gouvernement à s’endetter et à porter sa dette totale à plus de 70 % du PIB alors qu’elle était de moins de 30 % avant le début du soulèvement.
Le niveau réel des réserves de change reste un mystère alors qu’il est considéré comme un indicateur majeur de la capacité des autorités à se financer. Ce niveau est difficile à évaluer mais beaucoup d’analystes l’estiment à moins de cinq milliards de dollars et peut-être en dessous de deux milliards.

regional-syrie-648

• Les quatre étapes de la détérioration
Cette détérioration de la situation économique s’est faite en quatre étapes principales.
La première, qui a suivi le déclenchement du soulèvement, s’est traduite par une baisse de confiance dans l’économie qui a entraîné une chute à la fois de la consommation et de l’investissement ainsi qu’une fuite des touristes. Cette phase, qui a duré jusqu’à l’automne 2011, est également marquée par des décisions économiques gouvernementales qui ont pris le contre-pied de celles des années précédentes : hausse des salaires des fonctionnaires et des subventions, nouvelles aides financières aux agriculteurs et aux étudiants, retour sur la politique de libéralisation du commerce extérieur, etc.
Une seconde étape commence à l’automne 2011 avec les sanctions occidentales sur le pétrole syrien. Leur conséquence directe est une chute brutale des recettes budgétaires et des revenus tirés de l’exportation. Les sanctions touchent également le secteur bancaire, ce qui complique les transactions commerciales internationales. Au cours de cette phase, qui dure jusqu’à l’été 2012, on assiste à une détérioration graduelle de la sécurité dans le pays qui affecte principalement les secteurs du commerce et du transport, ainsi que les prémices d’une économie de guerre.
Une troisième étape débute à l’été 2012 avec l’extension du conflit aux deux poumons économiques du pays, Damas et Alep. La base industrielle de ces deux villes, en particulier de celle de la métropole du nord syrien, est affectée de manière significative et contribue à mettre fin à quasiment toutes les exportations de produits manufacturés. Des centaines d’usines à Alep sont détruites et pillées. Pendant cette phase, qui se prolonge jusqu’au printemps 2013, la communauté des affaires et la classe moyenne quittent le pays.
La quatrième étape commence au printemps 2013 avec la prise du nord-est syrien par l’opposition. Ce développement a pour conséquence une coupure entre l’ouest du pays, largement sous le contrôle du gouvernement, et ses régions pétrolières et céréalières. La perte du Nord-Est force le gouvernement à recourir aux importations de produits pétroliers pour subvenir à ses besoins, ce qui amplifie sa dépendance vis-à-vis de l’allié iranien qui le finance sous forme de facilités de crédit. Officiellement, l’Iran fournit ainsi au moins 3,6 milliards de dollars de facilité de paiement uniquement consacrés au financement des importations de produits pétroliers ainsi qu’au moins un milliard de dollars pour financer des importations diverses. Un accord pour un prêt bonifié additionnel de 3 milliards supplémentaires a été mentionné en mai par les autorités monétaires syriennes même s’il n’a pas été confirmé. Pendant cette phase, encore en cours, on assiste à la croissance exponentielle du nombre de réfugiés dans les pays limitrophes et à la consécration à la fois de la fragmentation du pays et du développement de l’économie de guerre.

• La consécration de l’économie de guerre
Au-delà des pertes matérielles, la Syrie subit une fragmentation politique et économique, et le développement d’une économie de guerre.
Les pillages et les trafics en tout genre représentent de nouvelles formes d’activité économique. L’économie de guerre crée sa propre dynamique, ses propres institutions, ses réseaux commerciaux, ses nouveaux hommes d’affaires. Les chefs de guerre aux quatre coins du pays disposent d’une puissance et d’une richesse nouvellement acquises. Le retrait de l’État, y compris dans les régions formellement sous son contrôle, a donné une autonomie à ces groupes et individualités dont la puissance s’est construite aux dépens de cet État affaibli.
Par ailleurs, les sanctions internationales, imposées dès 2011 par l’Europe et les États-Unis contre de nombreuses entités étatiques et contre d’éminents investisseurs, ont forcé les autorités à chercher de nouveaux intermédiaires pour leurs transactions internationales, donnant à de nouvelles individualités l’occasion de s’enrichir. D’autres hommes d’affaires bénéficient de la demande pour de nouveaux produits et services qui étaient peu demandés avant le début du conflit tels les générateurs électriques, la protection des vitres ou la fourniture de services de sécurité privés.
La guerre a donc permis l’émergence d’une nouvelle classe d’entrepreneurs qui voudront jouer un rôle et bénéficier de la reconstruction.

• La fragmentation économique
La fragmentation politique a également entraîné de nouvelles dynamiques locales et il est probablement réaliste de parler aujourd’hui d’économies syriennes, au pluriel. Le Nord-Est, largement aux mains de l’opposition et des Kurdes, s’est en partie autonomisé. La région côtière et celle de Suweida, au Sud-Est, n’ont subi que d’une façon très limitée l’impact direct de la guerre et continuent de fonctionner de manière plus ou moins normalisée.

• L’impact politique de la crise économique
Alors que de nombreux analystes ont espéré que les sanctions internationales dans un premier temps puis la détérioration de l’économie et des comptes publics dans un second temps réduisent les marges de manœuvre politiques des autorités, il est clair que le régime syrien continue d’avoir les moyens de payer ses fonctionnaires et de fournir sa population en produits de base : produits alimentaires, gazole, essence, médicaments, etc.
Cette apparente stabilité est cependant en partie trompeuse. Les prêts fournis par le gouvernement iranien en 2013 témoignent des difficultés financières croissantes des autorités syriennes et, de manière plus significative, de leur dépendance croissante vis-à-vis de Téhéran. Le 13 décembre, l’agence Reuters rapportait qu’un appel d’offres du gouvernement syrien pour l’achat de sucre, de riz et de farine précisait que le paiement se ferait par l’entremise de banques iraniennes.
Par ailleurs, la capacité du gouvernement à payer ses salaires est aussi le résultat de la baisse de la population dont il est en charge, de la chute de sa monnaie (qui a augmenté la valeur en livres syriennes de ses réserves de change) et de la suspension de toutes les dépenses d’investissements ainsi que de beaucoup de dépenses de fonctionnement.

• Des perspectives inquiétantes
Rien de bon ne se dessine pour l’économie syrienne dans les mois qui viennent. Le fait que les perspectives de résolution politique apparaissent très lointaines empêche d’envisager un quelconque redémarrage de l’activité alors que la destruction de l’économie syrienne, couplée à la violence du conflit, entraîne aujourd’hui une profonde crise sociale et humanitaire.
La dépendance économique du régime syrien vis-à-vis de ses alliés, qui ne pourra que croître dans les mois qui viennent étant donné les très faibles ressources dont il dispose, peut représenter une source de pression qui pourrait l’obliger à lâcher un peu de lest. Il est très peu probable que cela soit suffisant pour altérer la trajectoire du conflit et donc présager un retour à une relative normalisation de l’activité économique.

Remarque: Cet article a été publié en janvier 2014 dans Le Commerce du Levant